L'habitat et la vie quotidienne

Allemangne

UK Pays-Bas

Habitat

 L’habitat des « pêcheurs »

Tout autour de la place de la mairie (place Claude Wilquin), entre l’axe principal qui menait à la mer, aujourd’hui la rue de l’Impératrice, se dresse le village historique de Berck où les maisons de pêcheurs se serrent les unes contre les autres. Très caractéristiques, ces habitations sont construites en longueur, le plus souvent ouvertes sur une cour ou un jardin. Elles sont basses, sans étage. Leurs murs sont blanchis à la chaux et leur soubassement est enduit de goudron afin de limiter les remontées d’humidité. Aujourd’hui, la tuile a remplacé le chaume. Le matériel de pêche était entreposé soit à l’extérieur soit au grenier. Alors, une ouverture carrée surmontée parfois d’une poulie permettait alors son accès. Détail aussi caractéristique de l’habitat berckois, les volets à battant n’ont pas d’écharpe.

  

 Intérieur

L’intérieur berckois

Dans les maisons berckoises, l’intérieur est limité à deux espaces. L’espace commun entièrement est dédié à la vie quotidienne, où sont préparés et pris les repas, mais il est aussi dévolu au travail de préparation de la pêche. Une chambre contigüe de très petite dimension accueillait la famille pour le coucher. Le sol était le plus souvent en terre battue, puis peu à peu il a été recouvert de carrelage, lui-même quotidiennement recouvert de sable pour favoriser le ménage. Le « séage » ou « seillage » est souvent le principal meuble de l’habitation. Plus ou moins richement orné en fonction de la fortune du propriétaire, ce long buffet bas est composé d’une niche ceinte de deux placards. Souvenirs de famille, objets de piété, bouquet de mariée sous globe, et vaisselle décorative comme la faïence de Jersey venaient charger le décor. La table était généralement un simple plateau supporté par un pied pliant en X. Ainsi, elle pouvait être très facilement démontée pour laisser la place aux travaux quotidiens. Le « cadou » fauteuil picard trône aussi en bonne place.

 

 Habits

L’habit

Bien qu’il n’y ait pas d’« uniforme » de la marine berckoise, les matelots et matelotes portent des vêtements caractéristiques en fonction des activités exercées et de la période de l’année. Les marins portent des lainages en superposition, des « bas de bottes », en mer ils se chaussent de grandes et larges bottes remontant sur les cuisses. La femme porte une succession de jupons appelé « cotrons », le « pichou » de couleur rouge, le « gartiu » de couleur foncée. Les verrotières se protègent les mollets par des jambières en laine épaisse : les « housettes ». La tête est protégée par un bonnet rond et blanc « la calipette ».

 

Habits